Partager à toutes et tous (enfin ceux que çà intéresse) ce que je note sur le net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

A quoi ça ressemble(ra|houpaHⓒ) une dictature ?

Ben vala ... pas si loin...

Dans le même genre, mon POUET de hier par rapport aux élection Présidentielles, un truc qui m'a toujours hérissé les Poils:

"Consigne de vote"
    === Je ne suis qu'un mouton de Panurge et j'assume
    === Oui Maître, ordonnez et j'obéirai
    === Rallongez les œillères !
    === ...

#TURQUIE La Turquie bloque l'accès à Wikipédia dans toutes les langues

La_Turquie_bloque_l_acces_a_Wikipedia_dans_toutes_les_langues.jpg
tempsreel.nouvelobs.com

Et pour enfoncer le cou: hop hop hop, on congédie ceux qui gênent ?

Ankara franchit une étape supplémentaire dans la censure et la répression

Ankara_franchit_une_etape_supplementaire_dans_la_censure_et_la_repression.jpg
lemonde.fr/

2 extraits

 

Le vice-premier ministre turc, Numan Kurtulmus, avait déclaré, en mars, que l’interdiction de ces émissions était en préparation : « Il y a des programmes étranges qui mettent à la casse l’institution de la famille et lui retirent sa noblesse et sa sainteté, avait-il dit. Si Dieu le veut, dans un proche avenir, nous allons y remédier grâce à des décrets d’urgence. »

et

Parmi les 3 974 fonctionnaires révoqués, on compte un millier d’employés du ministère de la justice et un millier d’autres dépendant de l’armée, selon le décret, qui donne le nom de tous les agents de l’Etat concernés. Parmi ceux qui dépendaient de l’Armée de l’air, figurent plus de 100 pilotes. Par ailleurs, près de 500 universitaires travaillant dans les institutions officielles ont aussi été limogés

Le 26 avril, la Turquie avait procédé à l’arrestation de plus de 1 000 personnes et avait suspendu plus de 9 100 policiers dans le cadre d’une nouvelle purge contre ceux qui sont présentés comme des partisans du prédicateur réfugié aux Etats-Unis Fethullah Gülen, auquel Ankara fait porter la responsabilité du coup d’Etat avorté du 15 juillet 2016.

Pitié... pour savoir où on va, il faut comprendre d'où on vient...