Partager à toutes et tous (enfin ceux que ça intéresse) ce que je note sur le net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Question à Timo - Fake ? La 5G est dangereuse pour les insectes dixit des sites - MAJ

MAJ - les remarques de Timo dans son commentaire =)

M'enfin, depuis quelques jours je lis ça : en mode "c'est de pire en pire plus on s'éloigne de la Source".
À noter je n'ai pas trouvé en mode web la source "magazine Pro Natura".

Là je me suis dit, ah merde !
Et puis comme d'hab *check the Source Luke*

Ben en allant sur l'étude citée, en gros en milieu "protégé", cad je suppose pas dehors, ils annoncent

As an example, for the Australian Stingless Bee (mass = 2.5 mg) a P abs of 3 × 10–8 W is estimated for an incident field strength of 1 V/m at 60 GHz. Under the assumption that the insect has a specific heat capacity equal to that of water (4179 J/K kg43), this RF-EMF exposure would result in a temperature increase of 3 × 10–6 K/s, in an isolated approximation.

C'est à plat, soit, mais moi je lis ça un effet de hausse de température de 3 x 10-6 Kelvin par seconde pour une exposition à 60 GHz (et pas 3 x 10 - 6 = 24° ;) ).
C'est-à-dire 0.000003 degré (K, C° ou F°) de plus par seconde non ?  En gros en une heure, cad 3600 secondes la température a augmenté de 0.0108° pour une exposition à du 60 GHz ?

Alors ça s'additionne peut-être entre les différentes émissions des fréquences 5G des Orange, Bouygues, SFR, Free, ... ?

Et quid de la dissipation de la chaleur ?
Et par comparaison : en direct au soleil ça doit aussi chauffer pas mal ;)

L'étude dans Nature:

Exposure of Insects to Radio-Frequency Electromagnetic Fields from 2 to 120 GHz

nature.com Exposure of Insects to Radio-Frequency Electromagnetic Fields from 2 to 120 GHz.png
nature.com

Commentaires

1. Le lundi, 27. mai 2019, 15:07 par le hollandais volant

Tes deux questions sont exactement celles que je me suis dit :
– l’augmentation n’est pas linéaire à l’exposition : à un moment la hausse est compensée par la baisse due à la dissipation. Autrement, n’importe quelle flamme de bougie ferait fondre n’importe quelle matière.

– la lumière du soleil chauffe largement plus que 1 micro-kelvin par seconde (ou 3,6 milli-kelvin par heure). C’est assez simple à voir : places simplement un verre d’eau au soleil et en une heure il aura gagné largement plus que 3 milli-kelvin…

Mais c’est là que l’étude déclare clairement :

this RF-EMF exposure would result in a temperature increase of 3 × 10–6 K/s, in an isolated approximation

Donc absolument pas le cas d’une abeille, qui est tout sauf isolé, mais exposé à l’air (refroidissement), au soleil (réchauffement), etc.

Si les ondes radio sont une transmission d’énergie, et que cette énergie est absorbée, alors il y a un échauffement, c’est inéluctable. Que cette absorption d’énergie dépende de la taille de l’insecte et de la longueur d’onde du rayonnement, tout à fait : quand les deux sont de même grandeur, il y a une résonance et un maximum d’absorption.

De là à dire que c’est l’échauffement due à la 5G qui tue (ou va tuer) les abeilles, c’est au mieux exagéré et au pire ridicule.

Comme tu dis : l’échauffement d’un rayon de soleil est bien plus importante. La météo et l’alternance jour-nuit produisent des amplitudes de température de 20~30 kelvin très facilement. Ce n’est donc sûrement pas 0,0036 mK qui vont changer quoi que ce soit à la température d’un insecte.

Y a peut-être un autre effet (désorientation, etc.), je n’en sais rien. Mais l’argument de l’échauffement est totalement ridicule…

2. Le lundi, 27. mai 2019, 16:14 par Arfy

Merci Prof !

;)