Partager à toutes et tous (enfin ceux que ça intéresse) ce que je note sur le net

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

La masse peut aussi se quantifier en ... secondes !

Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ... oui mais c'est pas évidement pour mon ciboulot à appréhender dans son TOUT.

Petite explication du principe:

  • je sais déjà, merci la SF et mes souvenirs de physique, que le temps qui passe est dépendant de la vitesse
  • en théorie, si on met une horloge super précise dans un truc qu'on envoie à très grande vitesse dans l'espace et si on la compare à son retour à sa sœur jumelle qui est resté sur Terre, ben il y aura eu un décalage de temps.  Le truc qui a eu une vitesse / à la Terre aura passé moins de temps que le temps de référence sur Terre.
  • et plus l'une va vite par rapport à l'autre, plus le décalage sera important

Donc là c'est ce décalage d'un atome en mouvement / à un atome immobile qu'on peut quantifier en décalage.

Je cite: (pour les fans d'articles de ouf en Anglais, c'est par là sciencemag.org/content/339/6119/554.full)

Les chercheurs de Berkeley ont donc eu l'idée de combiner les ondes de matière émises par des atomes en mouvement avec les ondes provenant d'atomes stationnaires. Le dispositif expérimental mettait en évidence le léger décalage entre les deux, décalage qui, lui, était mesurable. L'étude conclut que grâce à cette différence, on peut utiliser un seul atome de matière pour mesurer le temps. Mais la réciproque est vraie aussi ! Grâce au  type d'horloge décrite dans l'étude, on peut mesurer, avec une précision extrême, la masse de la matière au niveau microscopique. Il y a une certaine fascination, presque de l'ordre de l'émerveillement esthétique, à se dire que le temps est une donnée intrinsèque de la matière et vice-versa.

Note à Timo: si jamais dans ta Grande mansuétude tu pouvait pondre un jour dans ta page  Comprendre les sciences physiques un article sur la "vitesse":

  1. min qui je pense n'a pas de sens,
  2. max qui en théorie est c,
  3. définition de vitesse: tjrs par rapport à ?
  4. et surtout les bornes/limites !

Parce que l'aberration pour moi d'un point dans l'espaaaace d'où 2 photons partent de manière opposées (chacun à la vitesse de la lumière par rapport au point de départ) mais que l'un / à l'autre s'éloigne aussi à la vitesse de la lumière ... euh, je suis en mode "crash dump"

Source:

La masse se mesure aussi en secondes


passeurdesciences.blog.lemonde.fr

Bon ben ça va encore tourner un peu dans ma tête toussa (©Poil (toussa))

Commentaires

1. Le vendredi, 8. février 2013, 23:46 par le hollandais volant

La vitesse, est un rapport obtenu en divisant une portion de l’espace (longueur) par une portion de temps (durée).

Vu qu’aucun des deux (en relativité) n’est ni absolue ni invariant, la vitesse ne l’est pas non plus.
Donc partir chacun de son son côté d’un mur à la vitesse C ne signifie pas qu’on s’écarte à une vitesse de 2C.

Les vitesses ne s’aditionnent pas avec une transformation "addition", mais avec une autre transformation nommée "tranfo de Lorentz".

==

Depuis toujours on nous dit que 2km/h + 2km/h = 4km/h alors que c’est faux dans l’absolu : ça fait seulement 3,9999999999999999km/h…
Certes, c’est très proche de 4km/h, mais au fur et à mesure qu’on s’approche de la vitesse de la lumière, cette différence croît.

La physique newtonienne est un arrondissement de la relativité, où le 3,99999999999999 = 4, et dire 1C + 1C = 2C, c’est appliquer la physique newtonienne à la lumière, ce qui est absurde : la physique de Newton ne marche pas pour la lumière (ça serait comme mettre du charbon dans une voiture essence : ça ne marchera pas).

Si tu es perdu par le fait que 1C + 1C = 1C, c’est normal : c’est contraire à ce qu’on voit à l’école…

Mais si tu utilises la relativité, et la tranformation de Lorentz, tu obtiens ça :

avec :
C = vitesse de la lumire
V = notre vitesse par rapport à la galaxie
W = vitesse de la lumière émise par nous par rapport à la galaxie
En Newtonnien, on aurait : W = V + C

En relativité : W = (C+V) / (1+VC/C²) = (C+V)/(1+V/C)
Si V (notre vitesse) est proche de C (la vitesse de la lumière) alors on peut simplifier :
W ~ (C+C) / (1+C/C) = 2C / 2 = C.

En gros, si on est proche de la vitesse de la lumière, la loi de composition des vitesse fait en sorte qu’on s’écarte toujours à la vitesse C.
Ce n’est pas de la magie, j’ai simplement utilisé la tranformation de lorentz au lieu de l’addition.

La relativité englobe la physique newtonnienne, donc appliquons la transformation de Lorentz à un vélo roulant à 10 km/h sur un bâteau voguant à 5 km/h :

W : vitesse du vélo par rapport à l’océan
W = (10+5) / (1+10*5/C²) = 15 / (1+ 50/C²)

Au dénominateur, tu vois que C² = 299792458² est un nombre gigantesque, et du coup 50 / C² est tout petit. On peut donc le négliger devant 1.
D’où : W = 15 / 1 = 15.

C’est donc bien ce que dit la physique newtonnienne, car 15 = 10+5.

2. Le samedi, 9. février 2013, 00:42 par Arfy

Merci pour cette découverte pour moi de la transformation de Lorentz.

Bizarre de nous bourrer la tête à l'école avec des choses en physique qui sont à tendance juste pour notre environnement ...
Si au moins "on" m'avait dit à l'époque que c'est une simplification pour aider à comprendre mais que quand on parlera "plus tard" d'infiniment grand et petit ce n'est pas/plus applicable ...

Pas grave, tu es là =)

3. Le samedi, 9. février 2013, 12:09 par le hollandais volant

C’est souvent comme ça…

Là d’autres exemples : https://www.youtube.com/watch?v=IM6... (dont le mien)